Une fourmilière en plein milieu du désert

Ça y est, nous sommes dans le bus à la frontière et nous allons descendre après plusieurs semaines en altitude à plus de 4000m, nous allons rejoindre le tout petit village de San Pedro de Atacama.
Pour vous donnez une idée du chemin parcouru dans ce désert immense, voici un petit map réalisé avec les moyens du bord !! En vert le chemin parcouru , en rouge les frontières. Le petit trait bleu représente 20km…
Bien entendu, la grosse tâche blanche est le salar d’Uyuni. Le village de San Pedro n’est même pas visible à la fin du trait vert !…

image

Le bus nous y emmène en moins d’une heure. Ici l’altitude n’est plus que de 2400m2, c’est un peu la chute libre !!
Et plus on descend, plus les degrés augmentent eux !! Ça me rappelle notre arrivée dans les caraïbes, sauf qu’ici il n’y a pas de palmiers et pas de plage.

Arrivés en fin de matinée, on pense d’abord à 2 choses : retirer des sous de toute urgence (nous avons fait en sorte de ne plus avoir de Bolivianos avant de passer la frontière, juste de quoi garder en souvenir), et manger pour reprendre des forces car on fait peur à voir !…

image

Au départ, on ne souhaite pas rester plus d’une journée car les activités gratuites ne sont pas nombreuses, pour le reste il y a mastercard !!
En plus les hôtels annoncent des prix de dingues et on doit maîtriser notre budget, surtout en arrivant au Chili, un des pays les plus cher d’Amérique latine, voire égal à l’Europe pour certaines choses.

Finalement, la chance nous sourit car parmi les 5 hôtels à visiter le 1er nous proposera un prix exceptionnel de 8000 pesos chilianos, soit 16000 pour nous deux (15000 pc = 20 euros) en chambre avec lit simple et douché en extérieur, mais ça nous convient parfaitement. Et les 2 soeurs qui le tiennent sont très sympa, il y a une petite cours intérieur super sympa et en plus la cuisine est équipée d’un blinder pour faire des jus d’ananas !!!

image

On s’installe et se prend une bonne douche avant de rejoindre flo, Tanika, Jonathan et Irma au bar. Il y a un match de foot, les garçons ont parié (Florian non, il n’est pas du fan de foot, je l’ai bien choisi ! ^^). Le wifi est rapide dans ce bar, ça nous arrange, on va pouvoir définir la suite du programme…
Une bière et un jus de fruit ultra mega chimique de get plus tard, c’est décidé, nous réservons un vol pour Concepción afin de faire la partie Sud du Chili pour la fin du voyage. Nous qui ne voulions rester qu’un jour, nous partirons finalement que lundi, soit dans 5 jours !!

Finalement, vivre au rythme du soleil, sortir de l’hôtel pour aller racheter du pain ou quatre légumes, faire la sieste et travailler tranquilou, ça me va bien !!
Dans l’hôtel, il y a de l’ombre, on est au calme. La petite eglise située non loin de l’hôtel, faite de paille, de terre et de bois de cactus, nous rapellera qu’il est l’heure de manger, j’adore !

image

Dès que l’on sort, il y a une foule d’étrangers, on ne saurait pas vraiment dire dans quel pays nous sommes, des chiliens en gros 4×4 à l’américaine viennent passer le weekend, des vélos circulent un peu partout, des américains font l’apéro au rosé à 16h et de nombreux chiens errent dans les rues de sable, mais chacun vie paisiblement et c’est cool. J’ai copié une photo du net pour vous montrer, j’ai oublié d’en faire une !

image

Histoire de s’aérer un peu et profiter du coin, on décide de louer des vélos pour aller dans la vallée de la luna où désert et salar ont donné des formes au paysage plat du désert. Comme nous sommes toujours aussi bien organisés, nous débarqués à l’agence de vélo à 11h45, pour pédaler jusqu’à 15h en plein soleil. Je suis pas mieux que les touristes qui parcourent le Luberon en plein mois d’août à midi !!

image

image

Sur la photo ci-dessous, on peut voir en tout petit le chien qui essaye de rattrapper Florian, qui lui est en minuscule à la fin du virage. Vous pouvez ainsi réaliser la taille du panorama et les distances à pédaler dans de désert géant.

image

Le paysage était superbe, les dunes de sable parfaitement lisses, et j’ai même pas eu peur (ou un peu) en me baladant dans une caverne de sel à la seule lumière du téléphone de Florian. J’ai râlé pour monter des pentes trop sableuse et j’ai pensé à mettre de la crème solaire. Florian à fait du « vtt » avec son vélo et à donné à boire au chien qui nous a suivi depuis le village. Résultat des courses, une chouette après – midi et des bleus au cul !!!!

Le jour J est arrivé, c’est la première fois que nous sommes restés tant de temps au même endroit mais nous sommes reposés et prêt pour affronter le froid Australe du sud du Chili (enfin je crois !). Direction l’aéroport de Calama, ville perdue au milieu du désert mais avec quelques building et éoliennes, mais aussi la plus grosse mine au monde juste à côté . C’est fou ce qu’on peut vite massacrer un paysage…

image

En seulement 2h de vol, nous allons parcourir quasiment tout le Chili et voir le paysage se transformer du désert en montagne et côte, en région des lacs etc etc…La suite au prochain article ! 😉